L'Absolu Nos Textes

 


-JP Rodes et Belle Ecclesias : Telescopage aux bonheur des sphères....Echoes dans le point par point du jour à quai

Rien dosé ; encore moins bien.

LaForêt sous-pire Marie ; lieu dit en feu.

De travers et de flûtes traversées,

De chemins en chemins, néant par les fenêtres d'Orion,

De cloîtres d'acier en manne nerveuse,

Constellations & illuminations.

Monsieur On change sans cesse, comme ne le dit pas le bon sens ; mauvais en cela qu'il est tronc commun.

La vallée de tes larmes semble prête à faire flotter follement ton corps jusqu'aux cîmes éclatantes,

jusqu'à quitter en fin le règne du sang.

L'ambiguïté du temps rend le confus sinus ;

Ascension et chute du mercure.

Ô chrome. Ô silence spiré d'un rayon Uranien

Nous succède et vrille le temps des fumées.

Cor de chasse, Diane aux chiens bassets,

Termidor dantesque du guillot ; Olympe des natures blessés,

La fuite des jours-masse sur le poil ; opâle-essence de cette langue-met.

A terre ce plateau ; Oeil futur des années ; phare d'eau

Déchausse et entre pèle-mêle en ces contrées si proches… du balcon…

Simple retour aux sources verticales.

Et le douzième revins, le treizième reparti ; Dante sur le seuil,

Al Cap One ; "ok" oral de derrière les évasives...

Monter la joute des érances parasitaires ; à n'en douter que des prières ; en garder la pensée ;

évacuer le cité pour n'en garder que les cils. Thé, peu cher. Pochoir d'éternité.

Le front polisse et rit haut ; échange de coups fissiles dans les méandres du désert.

Du fond de douces étoiles noires tintent les

Chrysalides papillonaires de l'Isis détachée.

Occulte inter-graalité solaire qu'il fait bon partager.

Océan des alcools qui emportent mon coeur; derniers spasmes d'avant le matin, épuisé de ces jours sur une corde.

Madame On ne voit que ce qu'elle veut bien; toujours, ceci est loi.

Contre-réalité promue réalité ; enlacement des mots d'avant la fin.

N'entends-tu point les vastes collines, aux astres effarés

envoyer leurs ondes de lumière et d'argile?

Ô Nil… ces cieux alourdis de tes eaux traquent nos rêves ;

Cercles sublunaires et pantomine boréale.

Nos corps reflètent tes si loins tintements d'Uni-Vers

Horloge des sphères se jouant Pilate,

attendu que ces aveugles refusent de me déb-arasser.

 

Alleluia, Namaste , Shivai, Qapla

iradia salva

Aura popularis

--------------------------------------------------------

Aura popularis : (Le souffle populaire).

Expression métaphorique exprimant chez Virgile (l'Enéide, VI, 816), Horace (Odes, III, 2, 20) etc., l'inconstance de la faveur populaire.

 


->Autres textes :

-Jean Pascal Rodes- L'Abandon (roman à paraître en intégralité sur papier, extraits ici et à la demande)

-Olivier Duc-Hollosius- Abondance et détachement (pas d'extraits pour le moment, à paraître)

 

Venez régulièrement pour découvrir les nouveaux textes, articles, pamphlets, citations.

Participez, Contactez nous : linfini@labsolu.net