L'Absolu, revue littéraire

 

 

"La société industrielle et son avenir" par Theodore Kaczynski

 


"24.Les psychologues utilisent le terme de "socialisation" pour désigner le processus d'apprentissage par lequel on fait passer les enfants, afin qu'ils pensent et qu'ils agissent comme l'exige la société. Une personne est dite bien socialisé lorsqu'elle adhère au code moral de cette société et s'y intègre efficacement. Il peut paraître insensé de parler de sursocialisation dans le cas de nombreux progressistes de gauche, puisqu'ils sont perçus comme des rebelles. Cela est pourtant justifié ; de nombreux progressistes ne sont pas aussi révoltés qu'ils le paraissent.

25.Le code moral de notre société est tellement exigeant que personne ne peut penser, ressentir ou agir de manière entièrement morale. Par exemple, nous sommes supposés ne haïr personne, et pourtant chacun de nous en vient à haïr quelqu'un à un moment ou à un autre, qu'il se l'avoue ou non. Certains sont tellement socialisés que l'effort pour penser, ressentir et agir selon les règles morales leur pèse continuellement. Pour échapper aux sentiments de culpabilité, ils doivent se leurrer sans cesse sur leurs propres mobiles et trouver des explications morales à des sentiments et à des actions qui, en réalité, ont une autre origine. Nous définissons ces gens comme sursocialisés.

26. La sursocialisation peut conduire à l'autodépréciation, à un sentiment d'impuisssance, au défaitisme, à la culpabilité, etc. Un des moyens les plus efficaces pour socialiser un enfant est de l'amener à avoir honte d'actions ou de paroles allant contre les attentes de la société. Si cela est poussé trop loin, ou si un enfant est particulièrement impressionable, il finira par avoir honte de lui-même. En outre, la pensée et le comportement d'une personne sursocialisée sont plus inhibés par les contraintes sociales que ceux d'un individu moins conditionné. La plupart des gens ont fréquemment des comportements répréhensibles : ils mentent, commettent de petits larcins, enfreignent le code de la route, tirent au flanc au travail, détestent un voisin, déblatèrent sur les autres ou manoeuvrent pour supplanter un collègue. Un individu sursocialisé ne peut pas se le permettre, ou alors cela provoque chez lui un sentiment de honte et de haine de lui-même. Il ne peut même pas avoir, sans culpabilité, d'idées ou de sentiments contraires à la morale dominante ; il ne peut pas se laisser aller à des pensées "malpropres". Et la socialisation n'est pas seulement affaire de morale ; nous sommes socialisés pour nous conformer à de nombreuses normes de conduite ne relevant pas de la morale. La personne sursocialisé est ainsi tenue psychologiquement en laisse et passe toute sa vie à suivre le chemin tracé par la société ; il en résulte une sensation de contrainte et d'impuissance qui pèse sur elle comme un fardeau. Nous affirmons que la sursocialisation est l'une des plus cruelles tortures que les hommes s'infligent mutuellement." (P17-18)

37.Pour éviter de serieux problèmes psychologiques, un homme doit donc se donner des buts qui supposent des efforts pour être atteints, et il doit connaître un minimum de succès dans la poursuite de ses buts.

39.Nous utiliserons l'expression "activité de substitution" pour désigner une activité dirigée vers un but artificiel que les gens se donnent à seule fin d'avoir un but quelconque à poursuivre, et surtout pour le sentiment de "réalisation" qu'ils retirent de cette activité. Voici une règle simple pour identifier les activités de substitution. Soit un individu consacrant beaucoup de temps et d'énergie à atteindre un but quelconque ; demandez-vous ceci : s'il devait les consacrer à satisfaire ses besoins biologiques, et que cet effort mobilise ses facultés physiques et mentales de manière intéressante et variée, souffrirait-il vraiment de ne pas atteindre cet autre but qu'il s'était fixé? Si la réponse est non, il s'agit alors d'une activité de substitution."


Extraits de "La société industrielle et son avenir" Theodore Kaczynski paru en 1998 aux Editions de l'Encyclopédie des Nuisances

 

- - -



Venez régulièrement pour découvrir les nouveaux textes, articles, pamphlets, citations.

Participez, ou pas, contactez nous : linfini@labsolu.net