Ken Knabb : Secrets publics

Traducteur américain des films de Guy Debord et d’une anthologie de l’Internationale Situationniste, Ken Knabb pose un précieux regard, à la fois chaleureux et critique, sur « l’autre Amérique » et sur les aspects les plus radicaux et les plus méconnus des années 1960.

Ses Secrets publics résument l’expérience de plusieurs décennies d’activités visant une transformation fondamentale de la société. Knabb évite les formules dogmatiques et les slogans creux pour examiner aussi bien les difficultés que les possibilités d’une telle transformation. Il le fait avec précision, dans une langue claire et un style direct, en essayant de briser les rigidités qui tendent à se développer dans les milieux radicaux, et d’y apporter un peu d’humilité, d’humour et de bon sens.

Extrait :

Le spectacle ressuscite ce qui est mort, importe ce qui est étranger, réinterprète ce qui existe. Le temps nécessaire pour que quelque chose acquière le juste degré de banalité baroque pour être "rétro" diminue continuellement ; l’original est lancé sur le marché simultanément avec sa caricature, dont on peut souvent à peine le distinguer ; les discussions sur les œuvres artistiques se circonscrivent de plus on plus autour de la seule question de savoir si quelque chose est une parodie ou non. Cela exprime le mépris croissant pour le spectacle culturel ressenti par ses propres producteurs et ses propres consommateurs. La société produit un écoulement de plus en plus rapide des modes et des idéologies, parvenant à un délire qui n’échappe à personne. À mesure que toutes les permutations et combinaisons possibles sont utilisées, les misères et les contradictions individuelles se font connaître, et la forme commune qui réside sous des contenus divers commence à se discerner ; "changer d’illusion à un rythme accéléré dissout peu à peu l’illusion du changement". Avec l’unification mondiale exercée par le spectacle, il devient de plus en plus difficile d’idéaliser un système parce qu’il est dans une région différente du monde ; et la circulation mondiale des marchandises et donc des personnes rend toujours plus proche la rencontre historique des prolétariats de l’Est et de l’Ouest. Le recyclage permanent de la culture dessèche et dissout toutes les vieilles traditions pour ne laisser que la spectaculaire "tradition du nouveau". Mais le nouveau perd sa nouveauté, et l’impatience de nouveauté engendrée par le spectacle peut se transformer en impatience à réaliser et à détruire le spectacle, la seule idée qui en permanence reste vraiment "nouvelle et différente".

- Ken Knabb : Secrets publics

-

Ken Knabb est également l'auteur de nombreux tracts, brochures et autres écrits, dont certains ont été traduits en une quinzaine de langues. On les trouve ici réunis, à l'exception des deux ouvrages déjà disponibles en France : "Éloge de Kenneth Rexroth" (Atelier de Création Libertaire) et "La Joie de la Révolution" (Sabotart Édition).

Commençant par les premières interventions de l'auteur en 1970, ce recueil comprend des critiques de la Nouvelle Gauche américaine et de la contre-culture hippie, et des fragments de l'histoire des premiers groupes situationnistes aux États-Unis. On y trouvera également nombre d'affiches, de comics ou d'articles concernant des anarchistes japonais, des dissidents chinois et des bouddhistes radicaux, la révolte polonaise de 1970, la révolution iranienne de 1979, la guerre du Golfe et le soulèvement anti-CPE de 2006 en France, ainsi que des textes moins directement politiques -- articles sur l'écrivain Kenneth Rexroth, considéré comme le parrain de la beat generation, sur Georges Brassens et la chanson française, et sur les classiques de la littérature universelle. Enfin, les "Confessions d'un ennemi débonnaire de l'État", une autobiographie qui traite principalement des activités situationnistes de Knabb, comprend également ses souvenirs des années 60 et des récits d'autres aventures ultérieures, telles que la pratique de l'escalade, de la musique populaire et du zen.

Knabb est un des rares Américains ayant poursuivi le projet situationniste pendant quatre décennies, mais il a néanmoins maintenu son indépendance, n'hésitant pas à remettre en cause certains aspects de l'orthodoxie situ. Si ses démarches ont été mal reçues par certains tenants de cette orthodoxie, d'autres les ont ressentis comme une "bouffée d'air frais".

* * *

SOMMAIRE

I. PREMIÈRES INTERVENTIONS

Avons-nous besoin de Snyder comme poète-prêtre ? (1970)

Dans ce théâtre... (1970)

Bonjour, les hommes! (1970)

Ode sur l'absence de la véritable poésie ici cet après-midi (1970)

Comics bureaucratiques (1971)

Critique de la Nouvelle Gauche américaine (extraits) (1972)

De la misère en milieu hippie (extraits) (1972)

Remarques sur le groupe Contradiction et son échec (1973)

Reich, mode d'emploi (comic) (1973)

 

II. EXAMINANT LE PROCESSUS DE L'ACTIVITÉ SUBVERSIVE

Double-Réflexion (1974)

Avis à propos de la société dominante et de ceux qui la contestent (1974)

La société du situationnisme (1976)

Un bref guide de l'image situationniste anglo-américaine (1976)

Les pépins, c'est mes oignons (1976)

Le détournement affectif : une étude de cas (1976)

La réalisation et la suppression de la religion (1977)

 

III. DE PAR LE MONDE

Lettre ouverte au groupe "Libertaire" de Tokyo (1977)

Un groupe radical à Hong-Kong (1978)

La brèche en Iran (1979)

Banalités (1979)

Preface à la Situationist International Anthology (1981)

Terry et les situationnistes (1981)

Dagobert et le détournement (1981)

Éloge de Kenneth Rexroth (extrait) (1990)

La guerre et le spectacle (1991)

Deux critiques du bouddhisme engagé (1993 & 1999)

 

IV. UN COUP D'OEIL SUR LES CHEMINS PARCOURUS

Confessions d'un ennemi débonnaire de l'État (1997)

Enfance

Comment je suis devenu athée

Shimer College et mes premières aventures indépendantes

Le Berkeley des années 60

Kenneth Rexroth

Comment je me suis fait réformer

Comment je suis devenu anarchiste

Comment je suis devenu situationniste

Le groupe "1044"

Le groupe "Contradiction"

Un nouveau commencement

Le groupe "Notice"

La dissolution d'une communauté

Voyage au Japon et à Hong-Kong

L'Anthologie de l'I.S.

L'escalade

Rexroth encore

La pratique zen

Lectures, écrits, traductions, musique

Comment ce livre a vu le jour

 

V. DERNIÈRES ESCARMOUCHES

Secrets publics (comic) (1998)

"Nous ne voulons pas le plein emploi, mais une vie pleine !" (1998)

Notes et comptes-rendus (1999)

Examen de quelques-unes des réactions à "Public Secrets" (2000)

La misère du primitivisme (2001)

Introduction aux films de Guy Debord (2003)

Georges Brassens et la renaissance de la chanson française (2003)

Portes des vastes domaines (Introduction) (2004)

Réflexions sur le soulèvement en France (2006)

 

NOTES BIBLIOGRAPHIQUES

 

INDEX

 

* * *

"Ken Knabb a si bien assimilé la langue et la culture française que j'ai parfois avec lui l'impression de m'adresser à un compatriote. Il conserve pourtant ce caractère très nord-américain de l'énonciation claire et directe, sans souci de paraître intelligent, ou seulement intéressant. L'ouvrage aurait-il alors pu s'appeler "L'IS pour les nul" ? Non, bien qu'on puisse incontestablement en faire un tel usage -- c'est le premier livre à lire pour celui qui n'y connaît rien, ni sur la critique radicale, ni sur la contre-culture nord-américaines. "Secrets Publics" est aussi le livre d'un auteur. On voit se dessiner au fur et à mesure des publications de Knabb une pensée forte et personnelle. Le ton sans manière ne doit pas laisser ignorer la variété de l'expérience et de l'érudition, ni moins encore la souplesse et la subtilité. Ken Knabb s'implique personnellement dans tout ce qu'il écrit ; il est toujours présent comme acteur, non comme témoin ou observateur. C'est ce qui lui permet de naviguer comme personne sur les sujets les plus divers sans prendre de pose ni se casser la figure." (Jean-Pierre Depétris)

* * *

BUREAU OF PUBLIC SECRETS

http://www.bopsecrets.org

(http://www.bopsecrets.org/French (pour les textes en français)

 

* * *

"Faire danser les conditions pétrifiées en leur chantant leur propre mélodie."