L'Absolu, revue littéraire

 

 

Crise 2009

un point de vue


Edition du week-end -- 28 février 2009- Paris

==============================

*** ARCHEOLOGIE FINANCIERE

** Les investisseurs doivent se sentir un peu comme des archéologues. Imaginez : vous êtes en train de faire des fouilles tranquillement dans le désert, quand soudain, vous mettez à jour ce qui semble être un morceau de patte de dinosaure.

Vous continuez donc à creuser -- pour découvrir non plus seulement une patte... mais deux... puis quatre... une queue... une tête... et ce que vous pensiez n'être qu'un fragment se révèle être une créature gigantesque tout entière, parfaitement momifiée sous le sable.

Il en va de même pour cette crise. Lorsque l'effondrement des subprime a commencé, à l'été 2007, on a découvert une patte du dinosaure. Depuis, on creuse, on creuse... et on découvre que cette patte était liée à la crise de l'immobilier -- laquelle rejoint à son tour la crise du secteur bancaire, pour ensuite dévier vers la crise économique. S'est ensuivi la mise à jour d'une crise de l'automobile, puis une bulle des emprunts d'Etat, de plans de relance en tous genres, et ainsi de suite.

La question qui se pose à présent, c'est de savoir si l'on a découvert toute la bête ? Sommes-nous en mesure de compter du premier de ses terrifiants crocs à la dernière griffe de ses pattes de derrière ? Ou bien n'en sommes-nous qu'au niveau de son abdomen... et il va falloir pelleter pendant encore longtemps avant de pouvoir dire : "c'était un stégosaure, emmenez-le au musée" ?

Comme le disait Bill Bonner ce jeudi, "le système bancaire repose encore sur le sable de milliers de milliards de dollars de mauvais prêts et d'investissements radioactifs. Dans son ensemble, le secteur bancaire américain est insolvable. C'est une autre des raisons pour lesquelles les banques ne font pas de prêts -- elles n'ont pas d'argent. Parallèlement, la déflation continue d'éroder le sable, exposant les fondations instables des actifs bancaires. Ce qui sapera aussi leur nantissement. Avant que cela prenne fin... le système ne peut pas commencer à se rétablir. Les banques ne doivent pas être stabilisées dans leur état actuel, en d'autres termes. Il faut d'abord les nettoyer".

Armez-vous d'une petite pelle, de votre plus beau pinceau à épousseter et d'une bonne dose de patience, cher lecteur... il va y avoir des dos endoloris avant qu'on n'en termine avec ce dinosaure-là !

Meilleures salutations,

Françoise Garteiser - La Chronique Agora

 

- - -



Venez régulièrement pour découvrir les nouveaux textes, articles, pamphlets, citations.

Participez, ou pas, contactez nous : labsolu2000@yahoo.fr